Presse

Autour de Triomphe (album) paru le 27 janvier 2017

VOGUE Avril 2017 : « Qui sont les nouvelles reines de la chanson française? »

Capture d'écran 2017-04-06 20.53.15.png

LES INROCKUPTIBLES Janvier 2017

« La Féline est au tout venant de la variété ce qu’Animal collective est à la pop manufacturée : soit un réinvestissement sauvage, fourmillant, instinctif parfois – animal oui. Et particulièrement sur ce nouvel album. Agnès Gayraud rejoint la famille des ensorceleuses qui jouent des tours étourdissants à la pop hexagonale. »

img_2419

FRANCE INTER (REBECCA MANZONI POP & CO)

« La Féline fait partie des artistes femmes qui échappent à toutes les cases. Avec ses inspirations multiples, elle avance, pas à pas, sur une contre-allée. »

ELLE Janvier 2017

« La voix d’Agnès Gayraud nous emmène sur des territoires très peu balisés – ou alors par des amazones, Claire Diterzi, Camille, PJ Harvey – où la pop s’enrichit d’instrumentations raffinées : une jungle sonore parfaitement orchestrée, qui nous touche au coeur et au corps et fait vibrer en nous certaines cordes obscures. »

Coup de cœur Magic! – Janvier-Février 2017

« Quelle ambition! On reste bouche béé! Ce disque est une pierre de touche dans l’œuvre d’Agnès Gayraud, il prouve s’il le fallait, qu’elle a plus d’une corde à son arc. De Triomphe, évidemment. »

lafeline_magic_01-17

Interview Playboy — décembre 2016

la féline_Playboy_triomphe.jpg

Autour d’Adieu l’enfance (album), sorti le 25 novembre 2014 

«La Féline : Reine Pop. De son single aux tréfonds de son album. C’est le carton plein : des plages synthétiques aux guitares cristallines, en passant par la justesse du texte, tout est là, c’est beau.» Villa Schweppes

« De glace et de classe : la Féline trouve la formule d’une pop nocturne, intelligente et sensuelle. » Les Inrockuptibles

« De haut, de loin, et toujours avec élégance, comme un chat noir dont la funeste réputation ne peut nous empêcher de vouloir le caresser. » Grazia

« Le portrait en creux d’une chanteuse passionnante«  France Culture

« Il y a ici la forme et le fond » Femme actuelle

« On affilie volontiers ses chansons à la grande pop et à la chanson lettrée, peuplée d’histoires sombres, de souvenirs brumeux. » The Drone

« Agnès Gayraud impose son écriture singulière, à la fois sensible (l’introspectif morceau titre) et engagée (« Les Fashionistes »), tout en gravité légère, sur des arrangements nécessaires.Une griffe est née, et pas des moindres. » Chro

«Une ambiance qui ensorcèle, un album d’une beauté envoutante», RF8

« Pour sûr c’est de bon goût et on rêverait que ce soit un peu chiant.(…) Sauf que ce disque est presque parfait. » AlbumRock

«La Féline saura conquérir votre cœur comme elle a conquis le mien si vous l’écoutez avec attention … laissez-vous envahir par cette avalanche d’émotions …. Vous prendrez alors conscience de la finesse, de la sobriété et de l’humanité que La Féline déploie. » Addicts

La Feline - CHRO- DEC 2014 

La Feline - CHRO 2- DEC 2014

« Après cinq ans à squatter l’underground parisien, La Féline annonce l’album qui la fera sortir de l’ombre. En se recentrant sur le français, après avoir fait sonner l’anglais, l’espagnol comme personne, La Féline trouve la formule d’une cold wave minimale, d’une pop intelligente, nocturne et sensuelle.» Les Inrockuptibles

«C’est drôlement bien fichu. Quelque chose de sexy, élégant, envoûtant et sombre se dégage de ces mélopées des fois Dahossiennes, des fois arabisantes et andalouses… des fois médiévales sur la très originale, a capella et perchée « Rêve De Verre »…. Les arrangements sont du velours avec mention du jury aux parties de guitares … Preuve est faite une nouvelle fois que la pop francophone se porte à merveille.» Benzine Mag

LO73_LaFeline

La Feline - GRAZIA
Grazia – Dossier Les filles de 2015

«Ces derniers temps, tout le monde court après la chanson pop parfaite, chantée en français. Une arlésienne qui fait se fonder des dizaines de labels, qui met les journalistes en haleine et qui peine, finalement, à jaillir des disques qui nous la promettent. On ose aujourd’hui prendre le risque de dire que, peut être, nous l’avons trouvé dans le premier album de La Féline, Adieu l’enfance : […] « Les Fashionistes », monster-track hexagonal. » Villa Schweppes 

« Agnès Gayraud aurait tout, même sans talons, pour nous prendre de haut. L’idée jamais ne l’a effleurée. La femme est à l’image de sa musique, couleur de jais mais lumineuse du dedans.»  Arbobo

« Une œuvre insaisissable, profondément marquée par son enfance et sa solitude, par le folklore andalou et la discographie des Cure.» Les Inrocks

« Adieu l’Enfance, est un disque précieux, exigeant mais accessible, qui s’enrichit au fur et à mesure des écoutes, incite à prendre son temps, à revenir à l’essentiel, à oublier le dégoût de soi d’une époque qui ne tourne plus rond. […] Un magnifique voyage au ralenti, un voyage au bout de nos nuits. » Pop, Culture & Cie 

« Adieu l’Enfance, c’est autant la domination flagrante de la pop expérimentale sur la variété française un peu con-con que la victoire du vrai bizarre de O Superman de Laurie Anderson sur le faussement beau de Cœur de Pirate, c’est le combat douloureux du beau malaise contre le pas si mal. […] En bref et compte tenu du tour de force, c’est tout sauf un jeu d’enfant.» Gonzaï

La Féline_Elle

« Pop song entêtantes («Les Fashionistes», «Adieu l’Enfance», «Midnight»), méditations douces amères (magnifique «La Ligne d’Horizon», «Moderne»), cantiques païens à fleur de peau (sublimes « T’emporter » et « Le Parfait État »), envolées lyriques et vibrantes (incroyable «Zone») se frôlent dans cette ronde enfantine. Qu’elle se fasse chaude et enjôleuse («La Fumée dans le Ciel»), qu’elle chuchote, susurre ou murmure, qu’elle s’envole telle une diva des glaces ou se fige a cappella dans un silence stellaire (ce «Rêve de Verre» qui colle la chair de poule), à chaque fois la voix touche à l’âme. » A découvrir absolument 

« Debout sur ton rocher, orgueilleuse Renommée,
Fais enfin ton métier ! Que brûlent des forêts,
Que s’ouvrent des palais et pleuvent disques d’or,
La Féline doit briller, et que les foules l’adorent !» Songazine
La Féline_Trois couleurs

La féline_francoscopie_CHRO

Autour du EP (3 titres) « Adieu l’enfance », sorti le 26 mai

« Le groupe d’Agnès Gayraud franchit incontestablement un palier dans sa discographie (entamée en 2009). Un avant-goût appétissant de son album attendu à l’automne. » Magic

« L’EP le plus immédiat et accrocheur entendu depuis le début de l’année… » A Decouvrir Absolument 

Adieu l'enfance_La Féline_Presse« Rares sont les morceaux qui réussissent à remuer l’auditeur tout en étant très efficaces musicalement : « Adieu l’enfance » y parvient, (…) porté par une mélodie nerveuse à la rythmique froide. » POPnews 

« La chanson qui donne son titre à l’EP est une perfection, assurément un des grands morceaux de 2014. Pour enfin dire adieu à l’enfance, La Féline doit rassurer la petite fille angoissée qu’elle a été : c’est ce qu’elle tente sur plus de cinq minutes, sa voix douce se mêlant parfaitement aux synthés et guitare. Le résultat est une réussite totale. » Rock À La Casbah 
« Lorsque La Féline est à son sommet, ça donne “Dans le Doute”, la plus belle chanson de pop française qu’il m’ait été donné d’entendre depuis « Cap Falcon » d’Étienne Daho. Si l’on sait à quel point j’aime Étienne, alors on sait aussi que ce n’est pas un maigre compliment. » Twin Album Covers 
« « C’est un blues beau et blême, un blues de carême au motif oriental, qui s’insinue dans l’esprit comme le doute lui-même » écrit le romancier Tristan Garcia à propos de cette chanson nouvelle de La Féline, « Dans le Doute ». Derrière la référence au film de Jacques Tourneur, la chanteuse Féline c’est Agnès Gayraud, une musicienne qui pense aussi la musique actuelle. Professeur de philo post-new wave capable de vous expliquer que l’on peut-être influencé par le  courant surf comme par Adorno, (…) elle fait partie de ces musiciens qui alors qu’ils chantaient  naturellement en anglais, arrivent dans leurs nouvelles chansons à faire sonner le français différemment, en l’habillant d’autres rythmiques, en jouant différemment de sa profération. » France Culture.
« Adieu l’enfance » sur The Drone, sur Culturethèque (in English), chez Filles Sourires (in English), dans la compilation La Souterraine #1en playlist sur Radio Nova Sauvagine, chez Cheek.fr, chez Addicts, chez Playlist Society, chez CWS Radio, Plus FM, Kérosène, CISM 89.3 FM (Canada), NoesFM (Espagne), BBC Radio 6 Music (Jarvis’ Cocker Sunday Service)…
« Adieu l’enfance » figure dans la playlist musicale de cet été sur FRANCE INTER.
Interviews

Interview Gonzaï : la philo selon féline

– Questionnaire Hop Blog : une ville, un rêve, une odeur, un héros, un site et un souhait…
Interview sur SUBJECTIVE : Le bleu de l’enfance. « La modération est un réflexe adulte que je voulais justement éviter. »
– STANDARD Magazine.  Lire l’article en ligne.
Publicités